Bulletin Sécurité des vols N°49

Edito – BSV n°49
DSC 0178
« Remise de gaz »

Qu’il est difficile pour tout un chacun d’admettre que les événements ne vont pas toujours dans le sens espéré, et que parfois il faut revoir tout le plan que l’on avait prévu et ficelé…
Si cela est vrai pour des cas de la vie quotidienne, c’est d’autant plus vrai lors de notre pratique favorite du vol en ULM.

On est en finale, la piste nous tend les bras, oui on est un peu haut, un peu vite, la piste est courte mais il fait beau, pas de vent, on est aussi un peu en retard et des amis nous attendent, qu’est-ce qu’il faut faire ?

Tout d’abord grâce au modèle IPADE, on s’est questionné sur les différentes menaces, on les a pesées et on s’est défini un plan d’action.
Celui-ci est relativement simple aujourd’hui, la menace principale étant la longueur de la piste, on sait qu’il faut arriver bien stabilisé en finale, et toucher les roues juste après le seuil de piste.
De plus, la menace secondaire est l’arrivée en retard qui peut nous faire précipiter les choses, mais si les amis devront attendre un peu, on ne doit pas céder à la pression temporelle.

La réponse à la question ci-dessus sonne alors comme une évidence : « Remise de gaz » et on repart pour un tour de piste en soignant cette fois-ci ses paramètres en finale pour être sur l’axe, sur le plan, et à la bonne vitesse.

Rien d’exceptionnel me diriez-vous, tranquillement assis en lisant le BSV, mais auriez-vous eu la même réaction en vol ?

La remise de gaz n’est pas un échec, c’est même tout le contraire, et je repense à un de mes instructeurs qui disait : « L’atterrissage est une remise de gaz ratée », il faut donc l’envisager lors de chaque atterrissage, et ne pas hésiter à l’engager même si l’on vient de toucher les roues.

Attention à bien faire un palier d’accélération, et de modérer la prise d’assiette initiale pour sortir du second régime, et ne pas décrocher.
N’hésitez pas à vous entraîner lors de vos tours de piste ou de vos arrivées, et si vous avez des doutes, questionnez un instructeur ou mieux, faites une R.E.V !!

Avec les belles journées qui reviennent, notre accidentologie est en train de repartir à la hausse, alors, à chacun de vos vols, privilégiez la sécurité avant tout, et n’oubliez jamais que la remise de gaz c’est :

Toujours la meilleure décision !!

 

Eric Galvagno

Eric Galvagno

Responsable Commission Sécurité des Vols

 

 

Orage Carpentras tour 2016
Quand tout fout le camp, même le temps

Il y a une dizaine d’années, lors de mon arrivée dans le sud de la France, beaucoup de gens me disaient : tu sais ici c’est simple, le mistral c’est 3-6-9… exprimant ainsi la durée pour laquelle il s’établissait.

Aujourd’hui qu’en est-il ? Fini, un jour avec 35 nœuds de nord et le lendemain la même chose de sud.

Tout fout le camp… à qui se fier ?

Nous sommes depuis quelques années confrontés, de plus en plus souvent à des phénomes météo à la fois imprévisibles, rapides dans leur mise en place, mais surtout d’une force rare.

Ceci n’est pas sans incidence sur la sécurité de nos vols, nous devons maintenant le prendre en compte

Météo France au travers de son site Aéroweb, nous donne des infos fiables et réactualisées.

Des zones d’ombres existent en termes de prévisions météo aviation, contraintes budgétaires obligent, mais Météo France a su réagir en mettant en place le modèle maille fine, qui vous donnera en langage aviation les observations de leurs stations météo d’observation :

https://aviation.meteo.fr/complementary/map_models_hires.php

Des dizaines d’applications disponibles sur tablette et téléphone, apportent également une source d’informations non négligeables et souvent en croisant les données, on obtient une idée précise des conditions météo qui nous attendent pour notre balade aérienne du week-end.

Il reste un moyen très fiable de connaître les prévisions : le petit coup de fil à la base à qui on veut rendre visite (baseulm), les locaux connaissent leur terrain de jeu, ils savent souvent par empirisme comment la situation peut évoluer, et puis ils seront aussi contents de savoir que vous allez leur rendre visite, et pourront également vous informer sur l’état de la piste et accessoirement préparer le café…

On néglige trop souvent la préparation du vol :  météo, Notam, RTBA, Sup AIP. (voir notre page « Préparez vos vols« )

Tous les ans, le BEA constate malheureusement que c’est une des causes des accidents parfois mortels.

La saison démarre, profitez-en, n’hésitez pas à consulter votre instructeur, qui saura vous donner les chemins d’accès à toutes ces informations et n’oubliez jamais :

Le doute doit profiter à la sécurité

Bons vols et REV-ez

 

Jean-Christophe Gibert

Jean-Christophe Gibert

Responsable Commission Formation

Retrouvez l’ensemble des rubriques du BSV n°49 : bsv-49-juin-2018